NOSARKOZY

Arrêtons la dictature!

TEMOIGNAGE… SUITE

Je me lève, il est tard je sais… Il est presque 10h. Seulement je ne suis pas allée me couchée avant 2h ou était-il 3h du matin? Je ne sais plus…. La notion du temps commence à s’estomper. Je veux dire le temps normal pour les gens dit « normaux ». Je me sens à part. Exclue. De tous et de tout. Sauf bien sûr mes compagnons de route.

Je resterai bien un peu plus longtemps au lit. Mais je ne peux pas. Il faut rendre la chambre. Et puis, surtout, j’ai mon estomac qui me rappelle à l’ordre.

Je descends et taxe une cigarette. Et oui, pour les novices sachez que la cigarette est le meilleur coup faim du monde! Donc, une cigarette et l’estomac me laisse un peu plus tranquille. De toute façon je ne peux pas manger, je n’ai plus un sou en poche. Il faut que j’aille travailler…

Je me mets en place, à MA place sur les champs Elysées… J’ai réussi tant bien que mal à « m’installer » ici. J’essaie de vendre mes livres de poêmes de la pensée Universelle à 5 ou 6 francs. Si j’en vend cinq dans la journée je suis contente. Je n’arrive pas à me résoudre de faire la manche. Je ne VEUX pas la faire. Je VEUX travailler. J’endosse donc mon petit sac à dos en ne porte qu’un ou deux livres à la main (et oui, il faut faire attention aux forces de police car ce que je fais est interdit par la loi) et me mets en position.

Un monsieur d’une cinquantaine d’années s’approche de moi. Il me tient ces propos :

 » Mademoiselle, c’est fou ce que vous me rappellez ma défunte bien-aimée…. Puis-je vous demander de me tenir compagnie quelques instants? »

Je le regarde et me dis que je ne risque pas grand chose avec ce monsieur qui m’a l’air affaibli. Je lui réponds que je n’y vois pas d’inconvénient mais on reste en vue de tout le monde.

Il me propose que l’on se ballade un peu ensemble. Je veux bien tant que l’on reste dans les galeries marchandes au milieu de la foule… J’ai de la peine pour lui et ne veut pas l’offenser, mais je ressens toutefois un malaise en sa compagnie. Je me contente de l’écouter parler, de lui donner un peu le change mais sans plus. Je me dis que ça, ça ne fait de mal à personne. Cependant, je lui dit qu’il faut que je retourne travailler car pendant que je discute avec lui, je ne risque pas de me faire d’argent et je ne pourrai pas manger de la journée. Je ne suis déjà pas bien grosse, alors…

Il me répond qu’il comprends bien, mais qu’il me donnera quelque chose pour me dédommager… Je suis de plus en plus mal à l’aise… J’ai l’impression d’être prise pour ce que je ne suis pas! Je réitère mon inquiétude relative à mon travail. De plus, j’ai peur que quelqu’un vienne me chipper ma place… C’est que j’en ai baver pour l’avoir… Je ne voudrais pas la perdre. Le gars me propose d’aller à une séance de cinéma avec lui. Et là, je crois qu’il ne s’y attendait pas, mais j’ai commencé à hausser le ton! Je lui ai répliqué que j’étais désolée pour sa femme, mais que moi je ne l’étais pas et qu’il me faisait perdre mon temps! Du coup, il m’a donné il me semble une vingtaine ou une trentaine de francs, s’est excusé et est parti…. Je culpabilise… Finalement, c’est peut-être moi qui l’ai mal jugé… Peut-être qu’il était en détresse et moi, je me suis comportée comme une gougeate! Mais que pouvais-je faire d’autre? Je ne le sais pas…. Et puis, un peu plus tard, je rencontre une connaissance et je lui explique ce qu’il m’est arrivé… Et là la personne rie… Je lui demande le pourquoi et là dessus lui de me répondre :

– Tu viens de faire connaissance avec un michton!

– Un quoi?.

– Un michton! C’est un mec qui est en quête de nanas qui sont dans la M—e et qui en profite pour se prendre du bon temps et leur met une liasse en main pour mieux les décider… Tu ne t’ai pas fait prendre, c’est bien…. Part contre, méfie toi car ils essaient toutes sortes d’astuces. Tout y passera. Aujourd’hui c’était le coup de la ressemblance avec sa défunte femme, demain cela peut-être tout à fait autre chose. En gros, ils essaient de te faire atterir dans leur lit à moindre coup …

J’ai la colère qui m’a monté tout de suite! Moi qui ai eu pitié de lui, en fait il se jouait de moi! Quelle chance que j’ai eu cette impression de mal être! Je ne me suis pas faite « embarquée! »  Finalement, tel est pris qui croyait prendre! J’ai tout de même eu de l’argent, et là du coup, je n’ai plus de remords! Je vais pouvoir aller mangé quelque chose. Mais ce n’est pas l’heure, il faut que j’arrive à vendre un peu si je veux payer ma chambre. Et puis il faut que j’apprenne à ne pas trop dire combien j’ai gagné sinon « les autres » vont vouloir vivre sur mon dos…. Et ensuite, le lendemain je recommencerai à partir avec rien…. C’est mon problème. J’ai beaucoup de mal à dire non pour partager lorsqu’on me le demande. Je ne suis pas assez égoïte… Pourtant ils ne me font pas de cadeaux. Je suis sûre qu’ils cachent un peu d’argent de leur côté et profite un peu de moi… Mais dans la rue c’est ça… Tout le monde profite de tout le monde…. Je suis trop « vierge » pour avoir cette mentalité! Je n’arrive même pas à la comprendre d’ailleurs!

Toute la journée je déambule sur les champs Elysées…. Plus exactement, je fais du surplace car il ne faut pas trop « manger » le terrain des autres…

Ma journée finalement ne s’est pas trop mal déroulée… Avec l’argent que je me suis fait avec le « michton », je n’ai pas besoin de « courir » après l’argent… Je vendouille un peu… J’ai assez pour me faire un bon repas et payer ma part…. J’arrête pour aujourd’hui et je vais rejoindre « ma bande » afin de les aider à leur tour.

Eux, ils font des spectacles dans les rues. Donc, ils vivent plus la nuit que le jour… C’est pour cette raison que je me couche tard. Car il est hors de question que j’aille dans un de ses hotels miteux seule au risque de me faire agresser… Je me déplace toujours accompagnée. Je dois le dire pour tous ceux et toutes celles qui ne le savent pas: la nuit, il ne faut jamais se déplacer seule… Tout peut arriver à une jeune femme comme moi. Tout ce sait. Et même si l’on parait propre, même si ce n’est pas écrit sur notre visage, notre situation est connue de tous (même dans Paris), et du fait de notre situation, tout le monde se croit tout permis à notre encontre… Vous n’imaginez pas tout ce que l’on peu entendre et vivre dans la rue. Moi même je n’en suis pas revenue…

Donc pour les aider, je fais la quête à la fin du spectacle… Ca fait bien une femme qui quête en fin de spectacle… Ca rapporte un peu plus.

Publicités

7 juin 2010 Posted by | Témoignages | 4 commentaires

RETRAITES EN DANGER, AIDE A LA GRECE ET NOS SANS ABRIS?

Tous va mal en Sarkozie…. Il faut dire que ce Roy nain se permet tout du haut de ses petits centimètres… Aujourd’hui, j’ai décidé de faire un article un peu plus…. Comment dire?…. Perso? Un peu plus impliqué?… Je ne sais pas…. J’ai cette envie d’écrire c’est tout….
J’en ai assez de ce nain qui pense détenir tous les pouvoirs et mettre en l’air absolument tout ce dont nous nous sommes battus depuis si longtemps… J’en ai assez que l’on me dise qu’il faut travailler plus pour gagner plus, surtout lorsque l’auteur de ces phrases se permet de travailler moins…. Pour gagner plus! Et oui, n’oublions tout de même pas son augmentations perso de 175%….

Donc en résumé, si l’on fait les comptes :

1) – On ne peut plus payer les retraites d’où besoin d’une réforme.
2) – On ne peut plus payer les chomeurs donc ceux de trop longue durée, on leur coupe leur droits.
3) – On ne peut plus payer la sécu d’où l’arrêt des droits automatique, sans avis… C’est à vous de dire à la sécu que vous avez des droits…
4) – On ne peut plus payer certaines allocations, donc on les coupent à ceux qui ne sont pas assidus à l’école (quoique, je ne suis pas entièrement contre mais pour d’autre raisons…)

MAIS ON PEUT PAYER :

1) – Une augmentation à 175% du chef de l’état et sans aucune rebélion…
2) – On peut continuer à laisser les ministres et autres membres de l’état de cumuler leur mandat et donc de payer pour ça!
3) – Tous les gardes du corps de tous les membres de l’état sans compter le nombre disproportionnel de voiture et tout autre avantage!
4) – Mais surtout, on peut venir en aide à la Grèce de se mettre un crédit en plus sur le dos!

ET NOS PAUVRES A NOUS? CHEZ NOUS? CEUX QUI VIVENT DANS LA RUE! Ceux qui attendent désespérément depuis trois ans que la promesse d’un certain candidat devenu Roy soit tenue!

 

 

Malgrè la chaleur revenue, ils ont toujours froid… Malgré le soleil, ils ont toujours un nuage dans leur coeur… Malgré la bonne humeur de tous, ils ont toujours faim mais on ne les voit pas!

 

Réveillez-vous!

 

Maintenant je vais vous livrer un témoignage d’une jeune fille de 19 ans. Peut-être que cela vous fera enfin réfléchir…

 

 

– Ma mère a un logement de fonction…. Après le décès de mon père, ses « supérieurs » lui demandent de libérer à peu près la moitié de l’appartement car ils en ont besoin pour le travail… Ils vont tout refaire à neuf pour en faire des salles… ! Super, sauf que c’était ma chambre! Nous n’avons pas de place… Tout au moins pas assez pour tout garder…. Nous sommes obligées de mettre ça sur le trottoir le jour des emcombrants… Des choses qui me sont chères… Des choses ayant appartenues à mon père… Je ne veux pas, je proteste… Mais ma mère me dit que l’on a pas le choix! Ses « supérieurs » ne se gênent pas pour venir prendre nos affaires sous nos yeux… Même pas la délicatesse d’attendre… Non… C’est trop jouissif je suppose… Il faut dire que ce n’est pas trop la jouissance chez eux car ce sont… DES PRÊTRES! Et oui, eux aussi sont pourris, mais ça vous le savez maintenant…

Peu de temps après on dit à ma mère qu’elle va pouvoir jouir d’un nouvel appart.. Tout refait à neuf! Avec : 1 sdb, 1 salle à manger, 1 chambre (pas 2) et une cuisine… Le tout pour la moitié de la surface de ce que l’on avait avant….

Ils ont bien fait sentir que la fille était de trop… De plus elle a 19 ans. Ma mère ne s’est pas battue. J’en avais plus qu’assez de ces bondieuseries qui devenaient plus des sataneries qu’autre chose…. Je n’ai pas de travail…. Car mon employeur a eu l’indélicatesse de ne pas vouloir me déclarer…. Je les ai donc menacés des prud’hommes pour enfin touché un peu de sous… J’en ai juste un peu… Pas beaucoup.

 

 

Je demande à ma mère de demander un délai pour libérer les lieux (ils m’avait laissé un bout de l’ancien appart car le nouveau trop petit pour me loger. La chambre est tout juste assez grande pour un lit et une armoire. Ensuis pour passer, on monte sur le lit)

Rien à faire… Ils veulent récupérer leur bien! Ils disent que j’ai déjà bien profité (un mois si mes souvenirs sont bons)

 

Je décide donc de partir. Je vais à Paris. Je me suis fait des « potes » là bàs… Ils pouront très certainement m’aider, me guider…. Seulement sur place c’est autre chose… On te dis ce qu’il faut faire soit, mais on te fait participer financièrement… On se partage le prix d’une chambre… Avec les risques que cela comprends. Bien évidement pour nos bourses, les meilleures chambres que l’on puisse trouver ce sont celles avec les cafards… Non, non, je dis bien des cafards… Je viens s’en m’en rendre compte de rentrer dans la spirale infernale du monde de la rue… Même si j’arrive à ne pas dormir dehors dans un carton, je suis tout de même SDF! A 19 ans! Je ne dis rien à mes amis bien évidement! Je ne veux pas que l’on ai pitié de moi! D’ailleurs, je l’ai voulu! C’est moi qui suis partie! Sauf que ça, c’est ce que je pensais à l’époque… Maintenant que je suis plus « grande », je me dis qu’on ne s’est pas battue pour moi. Il n’y avait pas d’autre solution pour moi que de partir… Finalement, ce n’était pas mon choix! On m’a forcée moralement à partir, ce qui est totalement différent…

 

Bien vite le peu d’argent que j’avais s’estompe…. Il faut absolument que je trouve « des plans » pour survivre…

Tout d’abord, j’arrive à me faire inviter de temps en temps chez des copains… Ouf, une nuit de passée. Mais le lendemain, on se lève avec le ventre vide… Le plus dur est que l’on ne sait pas quand on pourra le substenter… Ni même quel jour… Ma mère je ne lui parle pas de moi… Mais elle ne me pose pas de question… Ma soeur? Elle sait plus ou moins… Mais on n’est pas en très bon therme… Elle me dit que je suis une profiteuse…. De quoi? Je ne sais pas… Ca va maintenant avec ma soeur, je vous rassure… Mais je crois qu’à l’époque elle n’avait pas vraiment saisie dans quel mal être j’étais… Ce doit être ça. Je t’aime maintenant soeurette! Et je sais que toi aussi….

J’arrive à trouver un plan : j’achète à la sauvette de tous petits livres à un prix dérisoire et je les revend… Dès que j’ai de quoi payer ma part de chambre je retrouve le sourire… Mais cela ne paie pas mon manger. J’ai un nouveau plan. Je vais manger au restaurant U (universitaire)… Ils ne demandent pas constement la carte d’étudiant normalement obligatoire… Je tente ma chance et achète des tickets. Pour pas cher, je peux manger un repas complet tout en étant dans un endroit chaud ainsi que des toilettes propres. Pour une femme c’est très important de trouver un endroit convenable pour uriner…. Je vous raconte pas pour le reste…!

 

 

Voici donc le début de ce témoignage… Si toutefois vous êtes intéressés par la suite du récit, dites le moi, je continuerai à le raconter….

Je voulais juste ce soir dire que cela peu arriver à n’importe qui et que ce n’est pas choisi!

27 mai 2010 Posted by | Témoignages | 6 commentaires